Les Voyages d'H-IL

Camping-car, voyages

29 janvier 2015

Brienne le Chateau

 


Agrandir le plan

On roulait dans cette région, quand soudain, le Gendarme national leva son bras droit et tendit sa main dans un signe ostentatoire de planter d'urgence le frein. Ne pas se tromper pédale, celle du centre, pas comme l'embrayage, qui est celle de gauche, comme à la Mairie de Paris.

  • Gendarmerie National, Bonjour Monsieur, Bonjour Madame, vous ne pouvez pas allez plus loin.

  • Ah bon et pourquoi je vous prie mon p'tit Gendarme ?

  • Parceque c'est la fête.

  • La Fête de quoi Maréchal Chef des Logis, je vous prie.

  • La fête de la choucroute !

  • Mais le choux ça m'fait mal au ventre.

  • Veux pas l'savoir !

Après cet intelligent dialogue nous voilà parquer vers le petit cimetière de la bourgade. Force nous est de nous rendre à pied dans la Ville, le monde y est dense et en effervescence comme un Alka-Selzer du même non. L'ambiance est au top. Et c'est vraiment la fête de la choucroute, impossible de trouver autre boustifaille que du chou et de ses dérivés. Tant pis on fera avec et leurs égouts en subiront les conséquences.

Brienne_le_chateau_02Brienne_le_chateau_03

Brienne_le_chateau_01

On se balade, avec un L, parmi la fête. Et la fête est belle crois-moi. Partout des stands de boissons, de victuailles, même Vic tue aïl, des attractions, des accesoires de cuisine. Bref c'est énorme dans cette petite Ville. Tous les commerces sont décorés de choux de décoration justement.

choux_ornemental_7581

Après avoir bagnauder la matinée entière, force est de nous rabattre sur un établissement dument spécialisé et autorisé à nous sustenter. Et de plus les places sont chers. On entre dans...eh oui signe de notre civilisation des ères pré-Donner Kebabiennes et Mac Donaldiennes... une Pizzeria. On commande, façon de parler, il n'y a rien d'autre à la carte, la choucroute. Il faut reconnaitre que ça sent diablement bon dans le resto.

As-tu connu ces choucroutes au format hymalayen servies dans les Tavernes de Maître Kanter disséminées sur tout le territoire français ?

Eh ben celle qu'on nous apporte est plus, comment dire, majestueuse, impériale, ou simplement plus gargantuesque. Une portion pour nous deux eut amplement suffi, et même on aurait pu apporter les restes à Tante Marcelle. Mais on a pas de Tante Marcelle, alors les restes y restent.

choucroute

Mais à notre table voisine, un couple d'âge mûr, et même bien mûr, délecte en silence le repas. Ils besognent fort de la fourchette nos aînés. Ils redemandent du pain pour saucer le plat, enfin finir le jus du choux. Hop le plat inox au buffet ! Et par dessus tout ça ils ont encore la force, le courage, la vaillance de gravir un Forêt-Noire surmontée d'une épaisse couche de crème, et cerise sur le gâteau, d'une belle cerise au kirsch.

foretnoire2

Conclusion : le coût des primes assurances-retraite augmentent !

Et entraine tes zygomachinchoses pour Dimanche

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Autostar - Commentaires [61] - Permalien [#]

27 janvier 2015

On change

Ménan, chiale pas avant d'avoir lu Lulu. Je ne change pas de plate-forme, ni de sexe. Non je vais changer la formule. Comme je ne fais presque plus de photos, ou que, c'est presque toujours les mêmes, j'mas suis dit qu'tu dois en avoir marre de voir tout l'temps les montagnes de mon coin.

Aussi, écoute bien, je vais chercher dans mon carton de photos, des vielles que presque personne n'a vues.

Alors je te les montrerai le Mardi, le Jeudi on fera une Reprise et le Dimanche congé ! Ménan sot, y aura toujours les sempiternels gags du Dimanche, plus ou moins gras, ou complètement nazes.

Dans cet immeuble rue de la Serre, salut René, à La Chaux-de-Fonds, une rénovation dans le style Art Nouveau.

Immeuble01

 

ArtNeo 001

Une vue pas terrible, sur l'Office de taxation des impôts

ArtNeo 002

ArtNeo 003

 Boiseries et parqueteries magnifiques

Chambres01

Parquet01

 Escalier01

 Frise sous rampe d'escalier

Ferronerie01

 Porte de cave en fer forgé

Ce jour, je pars à 9h et rentre à ??? pas avant 15h30

Et à Jeudi, ici

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [38] - Permalien [#]

25 janvier 2015

Rhôôô alors !

Salut endimanché à toit, et le couvreur. Ch'suis bien content d'te retrouver. J'ai un peu laisser pour compte la Blogo cette semaine. Mais celle à venir sera un peu plus coule, non cool. Alors ch'te fais une série un peu comment dire, plus, plus, enfin tu verras. Non pas verrat !

Proverbe africain : "Quand moustique se pose sur tes testicules toi comprendre que violence pas toujours la solution !"

 

Vous savez de quoi Jesus est mort ?

Du Tétanos car les clous étaient rouillés !

 

 

Un musulman va chez le dentiste. En sortant il hurle "Rah ! Ma dent !"

 

 

Proverbe chinois :

Si le chien aboie, c'est qu'il n'est pas assez cuit !

 

 

 

Vous savez pourquoi appelle-t-on les africains les marteau-piqueurs ?

Parce qu'il crèvent la dalle !
Pourquoi y a-t-il beaucoup de noir en équipe de France ? 

Parce que le logo est un poulet !
La plupart des super héros peuvent voler. J'en conclu donc que les roumains sont des super héros.
Un pédophile entre dans un McDonald :

- Bonjour, un menu enfant s'il vous plait.

- Frites, coca ?

- Non, juste l'enfant.
Quel est le point commun entre le lit de ta mère et la mort ?

Tout le monde y passent !
Les suicidaires aiment quand il pleut des cordes.
Que chante un juif en nettoyant son four?

"Vous les copains je ne vous oublierais jamais ..."
Je déteste l'expression "Sors de se corps !". Ça me rappelle ce que me disait ma soeur quand on dormait ensemble !
Ta copine avant c’était un thon maintenant qu'elle a pris du poids c'est une tonne !
Je n'ai plus la grippe, mais j'ai la diarrhée au moins comme ça si je me perds il n'y a plus qu'à suivre les traces !
Tiens ça me rappel qqch
Qu'est ce que boit un pédophile avec ses amis ?

Un petit blanc cul sec !
Quelle est la différence entre Jésus en vrai et Jésus en photo ? 

Jésus en photo y a besoin que d'un clou pour l'accrocher !

  Ben H-Il et moi te souhaitons un BonDim

Et à Mardi

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [82] - Permalien [#]

22 janvier 2015

Côte d'Or ( Reprise )

Ben un Ouik, comme d'hab, ma Jonquille charge le camping-car le vendredi matin pendant ma dernière matinée d'boulot. On mange en vitesse, on range et on descend les derniers sacs et le frigo. Mais non sot ! On prend pas l'frigo avec, mais c'qui y a dedans pour mettre dans l'frigo du CC. On embraye et trois plombes plus tard, on se r'trouve à Dijon, encore capitale de la moutarde.

Le terrain de camping est proche du lac Kyr. Du nom d'ce fameux Chanoine qui inventa c'fameux apéro.

Issu d'une famille d'origine alsacienne qui s'est installée en Bourgogne en 1870, Félix Kir est né à Alise-Sainte-Reine en Côte-d'Or le 22 janvier 18761. En 1891, il entre en quatrième au petit séminaire de Plombières-lès-Dijon et est ordonné prêtre en 1901. Il est successivement vicaire à Auxonne ; curé de Drée ; vicaire à Notre-Dame de Dijon de 1904 à 1910 ; curé de Bèze de 1910 à 1924, ministère pendant lequel il est mobilisé dans les services de santé. De 1924 à 1928, il est curé de Nolay. En 1928, l'évêque de Dijon le nomme directeur des œuvres et groupements d'hommes et des œuvres de presse. Il s'installe alors à Dijon. Il est nommé chanoine honoraire en 1931. ET PLUS

Tu penses bien qu'cest pas pour c'gaillard qu'on est venu. Nan ! Le lac est joli, sympa et permet de faire de jolies promenades. De plus la Ville de Dijon est super.

Dijon___Lac_Kir___coucher_de_soleil

Lac_Kyr_resto

On aime bien faire le tour du lac, à pied évidemment. Et prendre un pot au bistrot qui surplombe le lac. C'est calmos, on entend pas trop la route.

lac_Kyr

Mais on aime bien aussi la ville où on s'y rend avec notre p'tit péteuse en moins de 5 broquilles. Evidemment on préfère la vielle ville à la nouvelle. L'béton ch'connais, ça m'laisse béton.

Rue_de_Dijon

dijon_106

dijon_144

facade_dijon_02

Mais il y a aussi un très beau bâtiment, le Marché couvert. Il se tient sur une place, entouré de p'tites boutiques, cafés et restos. Il est ouvert tous les matins jusqu'à midi. Nous allons y faire nos courses le samedi, acheter une volaille chez Maxime et du jambon persillé chez Jeannine et René. Si si y s'appelaient comme ça.

march__couvert_01

 

En 1868, l'entreprise Eiffel entreprend la construction des halles de Dijon, destinées à accueillir quotidiennement le marché couvert. Inscrites à l'Inventaire des Monuments Historiques, les halles sont un lieu de rencontre et d'histoire pour les Dijonnais. Il est fréquent d'y voir des parents faire découvrir les lieux à leurs enfants et les amener aux stands où eux-mêmes allaient petits. Proche de la place du Bareuzai, le bâtiment, inspiré pour sa structure extérieure de l'architecture classique, présente une succession d'arcades et de colonnes aux fûts cannelés et aux chapiteaux décorés de pampres de vigne. Ses quatre pavillons s'articulent autour de deux rues en croix. Sur les grandes arches, de nombreux motifs animaliers et autres symboles se rapportant à l'activité des halles sont visibles. On peut ainsi apercevoir des têtes de chevreuil, de mouflon, de sanglier et de boeuf, gibier et volailles, poissons et anguille, en médaillons, Cérès, déesse de la moisson et Hermès, dieu des échanges et du commerce. En ce qui concerne la toiture, elle est fortement inspirée des halles centrales de Paris. Entourés de nombreux restaurants de tous styles, les halles est un lieu de sortie cher aux Dijonnais. Plusieurs fois par semaine, un marché en plein air s'articule tout autour et dans les rues avoisinantes, le rendant impossible d'accès en voiture.

Le samedi soir, on redescendait en ville pour prendre un pot sur la terrasse d'un p'tit troquet près du Marché couvert. Or, un coup qu'on buvait un coup, on entendit des coups. Mais de sales coups. Tout d'abord des chaises volèrent hors du troquet voisin, pis les tables. Et enfin le fauteur de trouble, comme aiment à dire les journaleux à con, arriva à plat ventre sur l'bitume. Le bistroqueur range son matos, l'énergumène rassemble ses nippes et ses forces et rebelote refonce dans l'tas. Les chaises, les tables et le mec. Le manège eu lieu trois ou quatre fois, pis l'pinpon pinpon s'annonça. Deux flics point trop musclés qui giclèrent en un clin deuil d'oeil. Un autre pinpon, des pompiers et d'autres keufs. A cinq, ils réussirent à maintenir le mec attaché sur une civière. Une p'tite pîqure et silence radio. Drogue et alcool pas un bon mélange.
 
Dimanche matin on a revu l'gars, frais comme un  gardon si ce n'est un p'tit accroc au coin de l'oeil. Donc un Ouik comme d'hab, mais pas comme toutes les fois.
A Dim et ses Gags

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Autostar - Commentaires [101] - Permalien [#]

20 janvier 2015

Short

Mé nan, pas des jeunes filles en short trop short. Mais j'ai vraiment peu de temps, je suis short. Alors juste te mettre en ligne quelques images assez chouettos. Enfin tu verras et tu jugeras.

Arrière (1)

 Du soleil mais pas de neige

Arrière (2)

Ciel du soir 2015-01-08 (1)

Ciel du soir 2015-01-08 (2)

 Et des ciels supers

Ciel du soir 2015-01-08 (3)

Toujours plein de RDV plus une fatigue latente

Ménan ! La Tante n'a rien à voir

A Jeudi

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [68] - Permalien [#]


18 janvier 2015

DimGagsDim

Salut Blogpotes, Blogpotesses et Blogpoteurs, Jeudi dernier je te demandais c'que tu voulais pour les Gags du Dim et majoritairement, z'avez répondu du sang, du sang ! Alors clik et t'en auras. Comme ça ch'suis pas responsable moi.

Et un p'tit conte pour faire le compte M'sieur l'Comte

 

L'autre jour, y a quelques jours, j'ai un p'tit peu chatouillé les Nanas, vous m'astiquâtes de rude manière. Bon, il est vrai que ch't'avais tendu l'bâton pour m'faire battre.

 

Semaine suivante, j'me rabats, comme au Maroc, sur les Mecs. Là, encore vous trouvâtes à redire. Pfffou t'as du t'faire violence, c'est d'la frime. Même un Jeannot qui se plaignit qu'il n'était pas comme çaeuuu.

 

Changement d'sujet, les Belles-doches et à nouveau des Eh ! Oh ! Ch'suis Belle, même très belle-mère moi et mon gendre ne s'en plaint pas et gnagna et gneugneu. Que ch'sais plus où donner d'la tête, et encore moins du clavier,  moi pour t'faire plaisir avec les gags du dimanche.



J'me d'mande si j'vais pas t'raconter des histoires à dormir debout. Tiens j'vais t'causer des contes de Pet-Rault ou d'un ses compères.

Bon alors, il était une fois. Ben ouais toutes ces histoires à la con ça commence toujours comme ça, alors n'fous pas l'bâton dans les roues qu'si non j'me casse. Donc une fois, il était une fois une p'tite mioche un peu moche. On l'appelait P'tit Chaperon Rouge. Pourquoi ? Ben n'ayant rien à s'mettre sur les endosses qu'c't'horrible manteau de laine rouge avec capuchon tricoté par sa tante Sidonie. Si y a une Sidonie qui a à r'meugler, elle va l'faire ailleurs, vu !

Donc un jour, la mère de PCR, p'tit chaperon rouge quoi, l'enjoignit en ses termes : Ma belle enfant, faux jeton va, enfile cette purée de marrons de chiottes et ce beurre ranci, dans ton p'tit panier à la con, et va-t-en l'porter à ta Mère-grand.


PCR fut comme le corbeau, elle ne sentait plus de joie, ouvrit un large bec et laissa tomber sa proie. Non, merde ça c'est une autre histoire. La moche mioche ne se sentait plus pisser de joie et sautillait de gambette en gambette. Elle savait qu'le loup la r'luquait en loucdé, planqué derrière le fut d'un sapin blanc. PCR tournait et retournait autour de chaque arbre afin d'y débusquer le loup. Mais Canis Lupus, plus malin que Vulpi Vulpi son cousin rouquin avait autre idée en tête que d'se laisser toucher la quéquette par PCR.

 

Canis Lupus, filla droit à la cabane de Mère-grand, pas si malade que ça. Il bricola la chevillette afin que la chère bobinette cherrât. Oh, c'est Toi mon grand fou ! S'exclama Mère-grand. Canis Lupus y vit dans cette folle lueur son occasion, plus personne ne pouvait lui casser son coup. Écoute la Vieille lui susurra-t-il. pour quoi pas toi et moi qu'on f'rait pas une p'tite partie de bête à deux dos. Ouuuuuuuuuuuuuh ! Hurla MG y a longtemps qu'j'ai pas fait ça, et toi et moi est-ce convenable ? Ta gueule hurla Canis Lupus, c'est moi qui fait Ouuuuuuuuuuuuh et pas toi, alors tu r'chignes pas et tu te décarpilles vite fait. Parce moi depuis l'temps qu'la Josette me titille la quéquette, j'ai l'bâton d'rouge à lèvres dans tous ses états.

 

Posément MG posa châles et dentelles, elle laissa juste ses chaussons car elle était frileuse. Le loup, déjà à poil, si l'on peut dire, se jeta sur la Vieille qui lui hurlait, oh oui , oh oui prends-moi toute grand fou, ou grand loup car dans l'vacarme on entendit point trop.

 

Le loup s'échina, s'époumona, s'épuisa. C'est que MG depuis les années souffrait d'une sécheresse vaginale chronique. La croûte des sables désertiques, le Grand Lac salé, le Désert de la Morte et Dead Valley dans l'même bocal, le Mont-Ventoux et l'Mont-Chauve réunis, la Cascade asséchée, la source tarrie. Même pas une petite Berthe-Blanche.

 

N'en pouvant plus, Lupus dans un dernier râle, râla :


Alors quoi merde, elle vient l'autre conne avec son pot d'beurre ?

BonDim te souhaite H-IL et à Mardi

Mais attention, semaine prochaine j'ai bcp de RDV

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [56] - Permalien [#]

15 janvier 2015

Allons donc ! ( Reprise )

Salut vous tous. Pas pu vous visiter Mercredi je suis absolument débordé par mes RDV médicaux et para-médicaux. Mais certains ont lu dans les commentaires précédents que j'avais partiellement lâché mes cannes anglaises. Mais j'ai pas fait le tour du Mont-Blanc pour autant. Ni la Patrouille des Glaciers. Aujourd'hui je ne sais pas si j'arriverai à vous visiter. :-( Mais je me forcerai d'ici demain matin.

Nan ! À London voulais-je dire. Ben tiens donc, un jour, ça d'vait être en dix-neuf cent septante et quèque chose, mon copain Poupou, mais ouais tu t'rappelles d'lui, on avait été à Berlin ensembles avec notre pote Didouille, donc un jour, Poupou m'arsouille, Hé l'H-IL, pourquoi qu'on irait pas à Londres un coup, histoire d'se décrasser les méninges. Ben Jockey qu'j'y dis, pour faire voir qu'j'manie la langue de Schaquespire comme un Chief.

Deux temps and three movements et on se r'trouve à GVA Airport.

British_Airways_1

Vol s'en encombre, on a pas trop chahuté les Hôtesses. On arrive ch'sais plus trop où, ah merci Kiki, non pas celle-là, mais Pédia, c'était Gattwik. Y nous restait une plombe de car à faire pour rejoindre le centre de Londres où on avait trouvé une piaule. Et c'foutu car qui démarrait pas et y f'sait sombre nuit. Faut dire qu'cétait l'arrière automne, un peu comme maintenant, mais avec plus de trente et des ans d'écart.

On est là, à l'hôtel, il est tard et on a rien croûté, de plus la cuisine est fermaga qu'y disent. De bleu l'raffut qu'on a mené, tellement on gueulait qui nous ont dégoté des sandouiches. Pour du pinard tu r'passera, juste une bière brune en bottle. Rien à faire, si non s'pieuter.

Le lendemain on s'en va dire bonjour à la vieille tante à Poupou. Ouais s'mariole a même une vieille tante, et je me rappelle plus d'quel côté, p'têtre bien d'çui la patte à r'laver. Mais c'qu'y a d'sympa, c'est qu'il a aussi un cousin Mickael et qu'est d'notre cuvée. Okay, y nous servira d'guide le Mike. Il a compris et d'plus y spique le Frenche hyper bien. Y nous amène à la Tour de Londres. Elle est comprise dans une forteresse, une enceinte hautement fortifiée et gardée.

Tower_of_london_from_swissre

Tower_of_London_White_Tower

C'est là, dans la Tour Blanche qu'Madame la Couenne à son coffret à bijoux. Et quels bijoux pétard, Tu pourrais vivre jusqu'à la fin d'tes jours et trois générations plus tard. Y sont là dans une vitrine épaisse comme ma cuisse. Pis des gardes très royaux te pousse au cul si tu t'arrêtes pour zyeuter. Nan ! Toujours marcher. Walking ! Walking ! Qui gueule l'Pépère.

Yeoman

L'Mike y nous fait visiter un tas d'trucs, y nous trimbale de gauche de droite. Bref, y décide nous m'ner à la Chambre des Lords. On arrive dans un vaste bâtiment de style Britano-Compliqué. Un Bobby nous fait asseoir sur un banc de pierre. En face de nous, un Parigot et sa tribu. L'Frouzien à tout bout d'champ s'lève sous prétessque de voir ceci ou cela, c'qu'y énerve le Bobby qui lui hurle des sit down en chatouillant sa matraque. Enfin on peu rentrer dans l'saint du saint.

chambre_communes

Purée, on saute de trois siècles en arrière. On se pince pour voir si c'qu'on voit dans la deuxième moitié du vingtième siècle est réel. Tiens tu t'croiyerais au temps du bon roi Loulou XIV. Tous des perruques blanches, ou plutôt jaunes, sur l'choux les mecs directeurs. Et comme chez nous ch'te parle de tout et de rien et surtout ça lit le Times.

Bon ben ça donne soif ces séances de Parlement, même qu'on a rien dit. L'Mike a été sollicité pour nous trouver un local aux fins d'étancher nos soifs. Quelle meules ces Britishs. Ecoute-moi ça, tu rentres dans l'premier troquet venu, et en face d'la porte d'entrée, y a un grand panneau, autant grand qu'au match de foute. C'est écrit quèque chose comme ** Penalty between 2 pm to 5 pm**. On d'mande au Micke qui nous confirme c'qu'on a eu peur de comprendre. L'aprême entre deux et cinq, les prix sont majorés et fortement. L'pire c'est qu'c'est pas tous les troquets pareil. Bon on arrive à s'arroser la dalle sans trop de dégâts.

Et Dim, Gags, Tu veux quoi, du cochon ou du saignant ?

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Avion - Commentaires [88] - Permalien [#]

13 janvier 2015

Fin de jour

J'espère que tu n'as pas tout gober le message de Dimanche, C'était un gag. Enfin à moitié, car nous sommes originaires d'une région très proche du Haut-Doubs. Enfin de l'autre côté de cette rivière frontière.

Nous habitions à 1'000 m s/m. Et là dans les années septante huitante, les hivers étaient très rudes et la neige abondante. Si fait que nous avons connus des hivers épiques. Mais jamais ne sommes arrivés en retard au boulot.

Oui nous avons aussi déménagés, le Sud, mais pas de la France. Dans notre pays, dans l'Arc alpin.

Aussi je vais te montrer quelques images. Un coucher de soleil du 4 Janvier dernier.

Coucher de soleil 2015-01-04 (1)

Coucher de soleil 2015-01-04 (5)

 

Coucher de soleil 2015-01-04 (6)

Coucher de soleil 2015-01-04 (7)

 Et le lendemain matin

Coucher de soleil 2015-01-04 (8)

A Jeudi pour la leçon de raccommodage

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [80] - Permalien [#]

11 janvier 2015

J'en ai marre, je déménage

12 aôut : Nous venons d’emménager dans notre nouvelle maison dans le Haut Doubs. C’est très beau ici. Les montagnes sont si majestueuses. J’ai très hâte de les voir recouvertes de neige.

14 octobre : Cette région est le plus bel endroit au monde. Les feuilles des arbres ont pris toutes les teintes possibles de rouge et d’orange. Nous sommes allés nous promener en montagne et nous avons vu des chevreuils. Quelles créatures gracieuses ! Ce sont certainement les plus beaux animaux de la création. Cet endroit est un paradis. Je l’adore !

4 novembre : La saison de la chasse au chevreuil commence bientôt. Je ne peux pas croire qu’on puisse vouloir tuer un si bel animal. J’espère qu’il neigera bientôt. J’aime tellement le Haut Doubs.

12 décembre : Il a neigé hier soir. Nous nous sommes réveillés ce matin pour découvrir que tout était devenu blanc. On dirait une carte postale. Nous sommes sortis et nous avons déneigé les marches de l’entrée. Nous avons fait un combat de boules de neige (j’ai gagné) et quand le chasse neige est passé nous avons dû déneiger l’entrée à nouveau. Quel bel endroit. J’adore le Haut Doubs.

18 décembre : Encore de la neige hier soir. C’est merveilleux ! Le chasse neige nous a encore fait sa petite farce dans l’entrée. J’aime tellement cette région.

 

06-DSCN0714

 

19 décembre : Encore de neige hier soir. Je n’ai pas pu sortir de ma cour pour aller travailler. Je suis épuisé de pelleter. Saleté de chasse neige.

21 décembre : Il est encore tombé de la merde blanche hier soir. J’ai des ampoules plein les mains à force de pelleter. Je crois que le chauffeur du chasse neige se cache au coin de la rue et attends que j’aie fini de pelleter pour passer. L’enfant de salaud.

NE103075

25 décembre : Joyeux Noël de merde ! Encore de la saloperie de neige. Si jamais je mets la main sur l’enfoiré qui conduit le chasse neige, je lui fais bouffer ma pelle. Je ne comprends pas pourquoi y mettent pas plus de sel sur les routes pour faire fondre la neige.

27 décembre : Encore de la merde blanche hier soir. Ça fait trois jours qu’on n’est pas sortis sauf pour pelleter la putain d’entrée à chaque fois que l’autre connard passe avec son chasse neige. On peut pas aller nulle part, la voiture est prise dans une congère. Le gars de la météo dit qu’y va tomber encore 10 cm ce soir.

DechargeLCF


28 décembre : Le gars de la météo s’est foutu dedans : il est tombé 30 cm de merde blanche. Si ça continue comme ça, ça ne sera pas fondu avant le mois d’août. Le chasse neige est resté bloqué sur la route et l’empaffé de chauffeur est venu frapper chez nous pour demander s’il pouvait emprunter ma pelle ! Après lui avoir dit que j’en avais déjà usé 6 pour pelleter toute la merde qu’il m’avait poussé dans l’entrée, j’y ai cassé la septième sur sa face de rat.



30 décembre : On a fini par sortir de la maison aujourd’hui. On est allé au magasin pour acheter de quoi manger et en revenant un connard de chevreuil a bondi devant la voiture et je l’ai tapé. J’ai pour 3000 euros de réparations. Saletés de chevreuils. Comment ça se fait que ces cons de chasseurs ne les ont pas tous tués au mois de novembre.

01 mai : J’ai emmené l’auto au garage en ville. Le garagiste m’a dit qu’elle était toute rouillée à cause du sel qu’ils mettent partout sur les chemins.

30 mai : On a déménagé dans le midi. J’peux pas comprendre qu’il y ait des gens assez débiles pour vouloir vivre dans cette région.

H-IL te souhaite le BonDim

Et s'allie au cri d'horreur de Charlie Hebdo

A Mardi

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Commentaires [70] - Permalien [#]

08 janvier 2015

Pin de Weymouth

Trouvé, près de chez moi un pin de Weymouth.

Le Pin de Weymouth est originaire de l'Est de l'Amérique du Nord. La limite Nord de son aire de diffusion naturelle est formée par le 50° parallèle Terre-Neuve jusqu'à la province du Manitoba, à l'Ouest il pousse jusque dans le Minnesota, l'Iowa, l'Illinois et, au Sud, jusqu'en Géorgie du Nord. Une de ses variantes vit aussi au Guatemala et au Mexique. On l'a introduit en Europe relativement tôt, vers 1705, et il est devenu une essence ligneuse que l'on trouve couramment dans les parcs. Parfois, on l'exploite aussi comme essence ligneuse forestière pour améliorer les sols argileux, pauvres et tourbeux, quelquefois même bien au-delà du 50° parallèle. Il ne gèle pas même autour de Leningrad. Du point de vue écologique, il est assez plastique, peut-être même résiste-t-il au climat des villes. Mais il souffre de nombreuses maladies, dont la plus grave est la rouille de Weymouth (Paridermium strobi), ce qui relativise son exploitation. Malgré cela, son bois est recherché, bien qu'il soit relativement peu dur. On l'utilise surtout en menuiserie.

L'écorce gris-vert des jeunes arbres est entièrement lisse, elle se craquelle plus tard chez les arbres âgés. Les plus jeunes rameaux sont singulièrement fins, flexibles, d'abord duveteux, ensuite nus. Les petits faisceaux d'aiguilles, groupés par cinq, sont longs de 5 à 15 cm, mous au toucher, bleu-vert, et souvent pendants. Les cônes se forment au sommet des branches par un, deux ou trois sur de longs pétioles. Ils sont étroits, longs de 10 à 15 cm, et pendants. Ils répandent de la résine. Les cônes d'un brun sale à la maturité restent parfois sur l'arbre même après la tombée des graines ailées.

Le Pin de Weymouth est un arbre robuste à cime d'abord pyramidale puis large, presque paraploïdale, avec des verticilles de branches bien apparents. Il atteint une taille de 50 m. Cette essence ligneuse, importante en Amérique du Nord, est souvent cultivée dans les parcs.

Et à Dim pour les Gags du Dim

Posté par HIL le Rhodan à 05:00 - Vive la Vie - Commentaires [73] - Permalien [#]


Fin »